Evénements culturels au Riad Sahara Nour
 





       
     

Evènement annoncé : 7èmes éditions des Rencontres Internationales de la Poésie à Marrakech du 30 mai au 2 juin 2012 : « la poésie, un pont universel entre les cultures »

Evènement organisé par Lucile BERNARD, fondatrice du Centre de Création Artistique Riad Sahara Nour en partenariat avec la Fondation Dar Bellarj pour la Culture Vivante au Maroc, L'Ecole Supérieure des Arts Visuels de Marrakech, le Musée de la Palmeraie « Art et Nature, la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines à Marrakech, les éditions Marsam.

Fidèles à notre politique d’engagement et de solidarité entre les peuples, nous continuons à développer cette optique qui nous est chère, chère aussi à tous ces poètes qui témoignent ici et ailleurs, portent et transmettent à travers leur voix ces valeurs fondamentales de liberté et de fraternité entre les différentes cultures.

Comme chaque année, nous allons poursuivre nos actions menées en faveur de l'échange et de l'expression poétique à travers les rencontres dans les facultés avec les poètes et les étudiants, également sous forme d'un concours de poésie ouvert aux jeunes marocains de 16 à 25 ans. Nous allons aussi, cette année, mener conjointement une action en faveur des orphelins et enfants des rues par le biais d'associations. Outre la traditionnelle Soirée de Lecture au riad Sahara Nour, point de rencontre incontournable de la « scène poétique », d'autres rencontres auront lieu dans différents endroits de la ville, endroits tous porteurs d'échanges, de rencontres, d'art et de découvertes. Cette année s'ouvre aussi sur la création d'un nouveau volet ajouté au programme, le volet « Rétrospective », visant à retracer le parcours et l'œuvre d'auteurs ou de personnes qui ont marqué leur temps.

De même, le samedi 2 mai, lors du « Temps des Poètes » nous allons élargir le temps de paroles, d'une part pour les jeunes talents avec « Une minute pour lire un poème », d'autre part en introduisant au programme un Tremplin de la Création : « 3 auteurs, 3 voix » coup de pouce du riad Sahara Nour à trois poètes confirmés qui viendront lire un extrait de leurs œuvres en avant première de la Soirée de Lecture au Centre de création Artistique Riad Sahara Nour

Cette année dans le cadre de cette « Rétrospective », l’accent sera mis sur des voix de femmes, trois  femmes qui ont su porter haut leur conviction à travers leur poésie, leur engagement : 

La poétesse et cinéaste Forough Farrokhzad (Iran, 1935-1967) née à Téhéran en 1935 et morte accidentellement en 1967. C’est  l'une des voix les plus fortes de la jeune poésie iranienne de l'après-guerre, déchirée entre les valeurs d'un occident conquérant et les grandeurs et servitudes de sa tradition.

Andrée Chédid (Liban, 1920- 2011) Romancière, nouvelliste, dramaturge et poète , son œuvre se situe dans une éternelle quête d'une humanité. Les héroïnes chedidiennes s'inscrivent dans le mouvement solidaire du monde contemporain, tout comme d'autres femmes se sont incarnées dans la réalité d'un autre temps.

Rosa Parks ( Etats-Unis, 1913-2005) : figure emblématique du mouvement de protestation contre la ségrégation raciale.  Pionnière du combat pour les droits civiques aux côtés  de Martin Luther King la lutte pour les droits des Noirs aux Etats-Unis. Elle a joué un rôle indéniable dans l'histoire de la liberté humaine .

Trois voix d’hommes vont faire vivre ces voix de femmes : respectivement les poètes Stephane Chaumet, Jean-Pierre Siméon et Nimrod .




 
   



Les poètes invités

     
 

Jean-Pierre Siméon (France) Poète, romancier, dramaturge, critique, Jean-Pierre Siméon est né en 1950 à Paris. Il est l'auteur de nombreux recueils de poésie, de romans, de livres pour la jeunesse, et de dix pièces de théâtre.
Il a fondé avec Christian Schiaretti le festival « Les Langagières » à la Comédie de Reims, et est désormais poète associé au TNP de Villeurbanne. Il enseigne parallèlement à l'ENSATT de Lyon.
Il a créé en 1986 La Semaine de la poésie à Clermont-Ferrand.
Il a été membre de la commission poésie du CNL et a collaboré comme critique littéraire et dramatique à l'Humanité.
Il a été conseiller à la Mission pour l'Art et la Culture du Ministère de l'Education Nationale.
Il participe aux comités de rédaction de plusieurs revues et dirige avec Jean-Marie Barnaud la collection «Grands Fonds» à Cheyne Editeur.
Il est directeur artistique du Printemps des poètes depuis avril 2001.
Ses derniers textes, Philoctète et le Testament de Vanda ont été joués au mois d'octobre 2009, respectivement à l'Odéon-Théâtre de l'Europe, dans une mise en scène de Christian Schiaretti, avec Laurent Terzieff et au Théâtre du Vieux-Colombier, avec Sylvia Bergé dans une mise en scène de Julie Brochen.
Il publie chez Cheyne éditeur depuis plus de vingt ans tous ses recueils de poésie. Son œuvre poétique lui a valu le prix Théophile Briant en 1978, le prix Maurice Scève en 1981, le Prix Antonin Artaud en 1984, le prix Guillaume Apollinaire en 1994 et le grand prix du Mont Saint-Michel pour l'ensemble de son œuvre en 1998. Il a reçu en 2006 le prix Max Jacob pour son recueil Lettre à la femme aimée au sujet de la mort.
Parmi ses très nombreux ouvrages, textes de théatre, roman, essais, œuvres pour la jeunesse, on peut citres les œuvres  poétiques : Traité des sentiments contraires, Cheyne 2011, Lettre à la femme aimée au sujet de la mort, Cheyne, 2005, (réédition 2006) prix Max Jacob,Fresque peinte sur un mur obscur, Cheyne, 2002, épuisé,  Ouvrant le pas, Cheyne, 1999, Le Bois de Hêtres, Cheyne, 1998 (réédition 2005), Poèmes du corps traversé, Cheyne, 1998 (réédition 2001),  Algues, sable, coquillages et crevettes – lettre d'un poète à des comédiens et à quelques autres passeurs, Cheyne, 1997 (réédition 2006), Traité de la juste merveille, Cheyne, 1996,Le Sentiment du monde, Cheyne, 1993 (rééd 1995, 2005) prix Apollinaire,
  Les Douze louanges, Cheyne, 1990 (réédition 2001), Fuite de l'immobile, Cheyne, 1984, prix Artaud, (réédition 1999)





     
 

Mohamed Loakira (Maroc) né en 1945 à Marrakech., Mohamed Loakira est  poète et écrivain, il est membre de groupes et collectifs culturels. Il s'intéresse et écrit sur les Arts Plastiques au Maroc. Il a assuré dans l'administration Marocaine plusieurs responsabilités, notamment celle de Directeur des Arts au Ministère de la Culture.
« Il est l'un de nos   plus grands poètes marocains de langue française, qui a beaucoup travaillé et qui travaille toujours pour la défense de la lecture, de l'écriture, de l'art en général. Il n'a jamais cessé d'interroger la langue, Car l'essentiel demeure dans la parole du poète. Celle-ci est irremplaçable, irréductible. C'est cette voix-là qu'il faut entendre….L'écriture de Mohamed Loakira s'inscrit sans équivoque dans la modernité. Il est question d'une modernité positive et constructive, qui participe d'une manière saine et sereine au dialogue entre les différentes cultures. Dans la poésie de Loakira , il y a un engagement pour la liberté de l'individu, liberté qui est la voie royale qui mène à la solidarité collective. Il y a un engagement pour la défense des valeurs humanistes, qu'elles soient individuelles, locales ou universelles. » (Mohamed Chraïbi)
Lauréat du Prix Grand Atlas - poésie (1995) et du Prix Grand Atlas - roman (2010)., on peut citer parmi ses ouvrages :

  L'horizon est d'argile(1971), Marrakech-poème (1975), Chants superposés (1977), L'œil ébréché (1980), Moments (1981), Semblable à soif (1986), Grain de nul désert (1994), Marrakech : L'île mirage (1997), N'être (2002), Contre- jour (2004), L'esplanade des saints & Cie-récit(2006), A corps perdu – récit(2008), Marrakech : L'île mirage, Folio d'art accompagné d'œuvre de Nabili, (2008).  L'inavouable, Ed. Marsam, Rabat,( 2009), Prix Grand Atlas, roman, 2010 Son dernier ouvrage «  Confidences d'automne" (2011)  vient de paraître aux Éditions Marsam, Rabat.





     
 

Nimrod (Tchad) Né en 1959 au Tchad, Nimrod est poète, romancier, essayiste et animateur de revues (dont la dernière, Agotem, qu'il codirige avec François Boddaert, Gaston-Paul Effa aux éditions Obsidiane). De 1997 à 2000, il a dirigé la revue Aleph, beth. Il est philosophe de formation. Il tient une chronique de critique littéraire sur le site Web de la revue culturelle Africultures intitulée « Phase critique ».
Nimrod a reçu entre autres le prix de la Vocation(1989), le prix Louis Labé (1999), la Bourse Thyde Monnier de la Société des Gens de Lettres (2001), le Prix Max Jacob (2011). Au printemps 2008, il a fait paraître trois ouvrages, qui ont reçu les distinctions suivantes : le Prix Benjamin Fondane, le Prix Édouard Glissant et le Prix Ahmadou Kourouma. Il a enseigné en qualité de professeur visiteur à l'université du Michigan (Ann Arbor) à l'automne 2006. .Le magazine Le Matricule des anges (n° 91, mars 2008) et la revue de poésie Autre Sud (n° 40, mars 2008) lui ont consacré respectivement un dossier.
À la parution de Passage à l'infini (1999), le grand critique et poète français Charles Dobzynski écrivait : « Voilà sans contexte à mes yeux la révélation poétique de ces derniers temps. Un poète d'ailleurs (il est originaire du Tchad) et qui manie comme personne la langue d'ici, avec une assurance superbe, l'intuition de son rythme, de son intensité, dans une forme du verset qui s'inscrit tout droit dans la lignée de Senghor, Césaire ou même Claudel, sans la moindre trace de pastiche. (…). »

  Les ouvrages de Nimrod  :Poésie : Pierre, poussière, poèmes, Obsidiane, 1989 (Prix de la Vocation) ; Passage à l'infini, poèmes, Obsidiane, 1999 (Prix Louise Labé) ; En saison,suivi de Pierre, poussière, poèmes, Obsidiane, 2004 ; Babel, Babylone, poèmes, Obsidiane, 2010 (Prix Max Jacob 2011).Romans & récits : Les jambes d'Alice, roman, Actes Sud, 2001 (Bourse Thyde Monier de la Société des Gens des Lettres) ; Le Départ, récit, Actes Sud, 2005 ; Le bal des princes,roman, Actes Sud, 2008 (Prix Benjamin Fondane, Prix Édouard Glissant, Prix Ahmadou Kourouma) ;L'or des rivières,récits, Actes Sud, 2010.Essais Tombeau de Léopold Sédar Senghor, essai, Le temps qu'il fait, 2003 ; Léopold Sédar Senghor,monographie cosignée avec Armand Guibert, Seghers, coll. « Poètes d'aujour­d'hui », 2006 ;La nouvelle chose française, essais, Actes Sud, 2008. Littérature jeunesse :Rosa Parks, non à la discrimation raciale, Actes Sud Junior, 2008.





     
 

Mario Campaña (Equateur) Mario Campaña est né à Guayaquil (Equateur) en 1959. Il a vécu au Mexique, en Ecosse, en France, aux Etats-Unis et habite actuellement à Barcelone où il dirige la revue de culture latino-américaine Guaraguao.
Il est l'auteur de nombreuses anthologies Antología de poesía argentina de hoy, Bruguera, Barcelona, 2010; Pájaro relojero. Poesía Centroamericana, Galaxia Gutenberg-Círculo de Lectores,Barcelona, 2009. Antología de la Poesía Mexicana de Hoy, Brugera, Barcelona, 2008;
Casa de Luciérnagas. Antología de poetas hispanoamericanas de hoy, Bruguera, Barcelona, 2007; Visiones de lo real en la poesía hispanoamericana, Barcelona, 2001; Poesía modernista ecuatoriana,  Quito, Ecuador, 1991.
Il a publié sept livres de poésie dont En el próximo mundo, Lugares, et Aires de Ellicott City qui est paru en français sous le titre Demeure lointaine (Editions L'Oreille du Loup). Il est aussi l'auteur d'essais (Necesidad de América), de biographies (Quevedo, Baudelaire) et il a préparé plusieurs anthologies de poésie (Casa de luciernagas, poètes latino-américaines d'aujourd'hui). Il a traduit en espagnol Pour un tombeau d'Anatole de Mallarmé.





     
 

Stéphane Chaumet (France) Stephane Chaumet est né en 1971 à Dunkerque. A vécu aux États-Unis, au Mexique, en Syrie et en Chine.
Il a publié un roman, Même pour ne pas vaincre(Editions du Seuil)
les livres de poésie Dans la nudité du temps(L'Oreille du Loup)
Urbaines miniatures (L'Oreille du Loup)
La traversée de l'errance /La travesía de la errancia (La Cabra, México).
Il a traduit plusieurs poètes latino-américains (Pura López Colomé, Myriam Montoya, Alberto Blanco…) et espagnols (Olvido García Valdés, Leopoldo María Panero…) ainsi que la poète allemande Hilde Domin et la poète iranienne Forough Farrokhzad.








     
 

Salah Al Hamdani (Irak) Poète, écrivain et homme de théâtre français d'origine irakienne, est né en 1951 à Bagdad. Il s'est exilé en France en 1975. Il avait commencé à écrire en prison politique en Irak vers l'âge de 20 ans. Il a été un opposant à la dictature de Saddam Hussein, à ses guerres et à l'occupation anglo-américaine de l'Irak. Acteur, il a joué au théâtre, au cinéma et à la télévision. Par ailleurs il a mis en scène ses propres textes ainsi que des poèmes d'Henri Michaux et de Yannis Ritsos. Il n'est retourné en Irak qu'après la chute de la dictature en 2004. Il est aujourd'hui auteur de plusieurs ouvrages littéraires (roman, poésies, nouvelles et récits) écrits et publiés en arabe ou en français. Ses écrits ont été traduits dans plusieurs langues, parmi les plus récents : « Poèmes de Bagdad », livre d'art bilingue français - arabe avec lithographies de Danielle Loisel, Signum, Paris, 2005 ; « Le retour à Bagdad », roman – récit ; traduit de l'arabe avec Isabelle Lagny ; « Les points sur les i », Kremlin-Bicêtre, France, 2006 ; « Bagdad mon amour », roman, poésies et récits choisis, traduction anglaise de Sonia Alland, Curbstone Press, New York, U.S., 2008 ; « Bagdad à ciel ouvert », Ecrits des Forges et L'idée bleue, Trois-Rivières, Québec, 2006 ; « Bagdad mon amour », Ecrits des Forges et L'idée bleue, Trois-Rivières, Québec, 2008 ; « Sable », livre d'art (français, arabe, hébreux) avec Marléna Braester et des encres de Robert Lobet, Editions de la Margeride, Nîmes, 2009 ; « Le balayeur du désert », traduit de l'arabe avec Isabelle Lagny, pour la première parti, Editions Bruno Doucey ; « Une averse, de loin », (bilingue français - arabe) Editions la Lune bleue ; « La pluie de juillet », (bilingue français - italien) Edizioni Sanlorenzo ; A paraître en 2011, « Saisons d'argile », livre d'art (bilingue français-anglais) avec le peintre irakien Yousif Naser, Editions Al Manar, Paris ; « Bagdad-Jérusalem, à la lisière de l'incendie », (poèmes)(trilingues français - arabe- hébreu) avec Ronny Someck, Editions Bruno Doucey.
En 2008, Emmanuèle Lagrange a réalisé un film sur Salah Al Hamdani, "Bagdad-Paris, itinéraire d'un poète", durée : 52mn, produit par LAHUIT productions, Paris.
Les écrits de Salah Al Hamdani en français ont été relus et corrigés par Isabelle Lagny
Le Blog de Salah Al Hamdani : http://salah.bleublog.lematin.ch/





     
 

Víctor Rodríguez Núñez (Cuba) Víctor Rodríguez Núñez est né à La Havane, Cuba, en 1955. Il est poète, journaliste, critique, traducteur et professeur universitaire au Kenyon College, aux Etats-Unis.Pendant les années 80 il a été le rédacteur en chef de la revue culturelle cubaine El caimán barbudo. Il est à ce jour assistant directeur de journal culturel mexician La Otra
Il a publié 18 livres de poésie presque tous primés au Mexique, au Costa Rica et en Espagne. David Prize (Cuba, 1980) Plural Prize (Mexico, 1983)  EDUCA Prize (Costa Rica, 1995)  Renacimiento Prize (Spain, 2000) Fray Luis de León Prize (Spain 2005) Leonor Prize (Spain, 2006) Rincón de la Victoria Prize (Spain, 2010)
« Rodríguez Núñez's Selected Poems » ont été traduit en plusieurs langues : en anglais « The Infinite's Ash », trans. by Katherine Hedeen, London: Arc Publications, 2008). En français « L'étrange odeur du monde », trad. by Jean Portante, Paris: L'Oreille du Loup, 2011. En italien « L'ultimo alla fiera », trad. by Emilio Coco, Foggia: Sentieri Meridiani, 2011. En suédois « Världen ryms i en alexandrin », trad. by Lasse Söderberg, Malmö: Aura Latina, 2011. Une grande part de son œuvre poétique a été également été  traduite en allemand, hongrois, hollandais, lithuanien,portugais, russe, serbe et slovène.
Œuvres poétiques de Victor Rodriguez Nunez : Cayama (Santiago de Cuba: Uvero, 1979) Con raro olor a mundo (Havana: Unión, 1981) Noticiario del solo (Havana: Letras Cubanas, 1987), Cuarto de desahogo (Havana: Unión, 1993), Los poemas de nadie y otros poemas(Intro. Juan Manuel Roca. Medellín: Tecnológico de Antioquia, 1994), El último a la feria (San José de Costa Rica: EDUCA ,1995),,Oración inconclusa(Seville: Renacimiento, 2000), Con raro olor a mundo: Primera antología (Havana: Unión, 2004),  Actas de medianoche I (Valladolid: Junta de Castilla y León, 2006), Actas de medianoche II (Soria: Diputación Provincial de Soria, 2007), Todo buen corazón es un prismático: Antología poética, 1975-2005. Intro. Juan Gelman. (Mexico: La Cabra Ediciones-UANL, 2010), Intervenciones: Antología poética. Ed. and Intro. Juan Carlos Abril. (Santander [Spain]: La Mirada Creadora, 2010), Tareas (Seville: Renacimiento, 2011





     
   



Le Programme

« Rétrospective » : série de conférences et lectures sur des voix qui ont marqué leur temps

     
 

Rosa Parks (1913-2005) Etats-Unis « Jusqu'à présent, je crois que nous sommes sur la planète Terre pour vivre, nous épanouir et faire notre possible pour rendre ce monde meilleur afin que tout le monde puisse jouir de la liberté »
Figure emblématique du mouvement de protestation contre la ségrégation raciale, Rosa Parks a été une   pionnière du combat pour les droits civiques aux côtés  de Martin Luther King, pour  la lutte pour les droits des Noirs aux Etats-Unis. En refusant, le 1er décembre 1955, de céder sa place à un  homme blanc dans un autobus comme c'était alors la règle en  Alabama, elle allait lancer un vaste mouvement qui allait  aboutir à l'abolition de la ségrégation raciale dans le sud des  Etats-Unis.  Cette femme admirable a joué un rôle indéniable dans l'histoire de la liberté humaine Elle meurt à l'âge de 92 ans à Detroit (Michigan).

Conférence suivie d'une lecture de textes de Léopold Sedar Senghor ( Sénégal- 1906- 2001), poète à la fois écrivain et homme politique dont l'œuvre a été également  imprégnée du combat contre la négritude





     
 

Léopold Sedar Senghor (1906- 2001) « La Négritude est la simple reconnaissance du fait d'être noir, et l'acceptation de ce fait, de notre destin de Noir, de notre histoire et de notre culture ».
 Léopold Sedar Senghor (1906- 2001)  poète, écrivain et homme politique sénégalais, né le 9 octobre 1906 à Joal, au Sénégal, et mort le 20 décembre 2001 à Verson, en France. Il a été le premier président du Sénégal (1960-1980) et il fut aussi le premier Africain à siéger à l'Académie française. Il a également été ministre en France avant l'indépendance de son pays.Homme politique engagé, il a été aussi  le symbole de la coopération entre la France et ses anciennes colonies pour ses partisans ou du néo-colonialisme français en Afrique pour ses détracteurs.
Léopold Sedar Senghor a reçu de nombreuses distinctions au cours de sa vie :Des hommages à travers le monde lui ont été rendus Sa poésie essentiellement symboliste, fondée sur le chant de la parole incantatoire, est construite sur l'espoir de créer une Civilisation de l'Universel, fédérant les traditions par-delà leurs différences
Auteur de très nombreux essais, anthologies, livres pour la jeunesse, revues culturelles, on peut citer parmi ses ouvrages de poésie: Chants d'ombre, poèmes, Le Seuil, (1945),  Hosties noires, poèmes Le Seuil (1948), Anthologie de la nouvelle Poésie nègre et malgache de langue française, précédée de Orphée noir par Jean-Paul Sartre, PUF, 1948  Éthiopiques,  Le Seuil (1956), Nocturnes, poèmes, Le Seuil, (1961), Lettres d'hivernage, poèmes, Le Seuil, (1973), Chant pour Jackie Thomson, poèmes, (1973), Élégies majeures, poèmes, Le Seuil, 1979, Guélowar ou prince, Le Seuil (1948),Poèmes divers, Le Seuil (1990), Hosties noires (regroupe Prière de paix et Élégie pour Martin Luther King), lithographies de Nicolas Alquin, Les Bibliophiles de France

Conférence et lecture animées par Nimrod
Mercredi 30 mai à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines à Marrakech





     
 

Andrée Chédid (1920-2011)(Liban). Née en 1920 au Caire,  décédée à Paris le 6 février 2011, Andrée Chedid est une femme de lettres et poète française d'origine libanaise.            Aujourd'hui elle occupe une place de choix parmi les auteurs français contemporains. Romancière, nouvelliste, dramaturge et surtout poète , ses nombreux ouvrages en prose ou en vers lui ont valu d'importants prix littéraires, entre autres le Goncourt de la nouvelle, le Grand Prix de la Société des Gens de Lettres, le prix Louise Labé, le Prix Mallarmé…pour ne citer que ceux-ci.
Son œuvre se situe dans une éternelle quête d'une humanité et c'est dans ce processus plutôt que dans l'aboutissement que s'accomplit et se renouvelle la fraternité si bien mise en évidence dans un recueil de1976, Fraternité de la parole. Identités sexuelles et actantes sociales, les héroïnes chedidiennes s'inscrivent dans le mouvement solidaire du monde contemporain, tout comme d'autres femmes se sont incarnées dans la réalité d'un autre temps. C'est ainsi que même les personnages-femmes du Moyen Orient sont généralement celles qui savent faire " craquer la carapace " des injustices, comme le dit si bien la poète dans " La femme des longues patiences " (Fraternité de la parole).

Parmi ses très nombreux ouvrages, contes, romans, on peut citer ces recueils de poésies : visage premier , Ed. Flammarion, Paris, 1972.Fêtes et Lubies , Ed. Flammarion, Paris, 1973.Prendre corps , Ed. G.L.M., Paris, 1973.Fraternité de la parole , Ed. Flammarion, Paris, 1975. Cérémonial de la violence , Ed. Flammarion, Paris, 1976.Cavernes et Soleils , Ed. Flammarion, Paris, 1979.Epreuves du vivant , Ed. Flammarion, Paris, 1983.Textes pour un poème  Ed. Flammarion, Paris, 1987.Textes pour un texte , Ed. Flammarion, Paris, 1991.

Conférence et lecture animées par Jean-Pierre Siméon
Vendredi 1er juin à 18H au Musée de la Palmeraie « Art et Nature »




     
 

Forough Farrokhzad(19345- 1967) (Iran) , née à Téhéran  est morte accidentellement en 1967. A 27 ans, (1962) elle réalise un film intitulé "Khane siah ast « la maison est noire » dans la léproserie de Baba Baghi, près de Tabriz et adopte le fils d'un couple de lépreux ;Forough Farrokhzad est une des plus belles voix de la poésie iranienne. Sa voix même, autant que son oeuvre, l'a rendue célèbre. C'est la première poétesse iranienne contemporaine à s'exprimer en tant que femme avec le courage que cela implique. Son oeuvre la plus importante « Une autre naissance » a révélé l'une des voix les plus fortes de la jeune poésie iranienne de l'après-guerre, déchirée entre les valeurs d'un occident conquérant et les grandeurs et servitudes de sa tradition.Ses principaux recueils : « Esclave » publié aux éditions Amir Kabir (Téhéran 1953) « Le Mur » éditions Amir Kabir (Téhéran 1957), « Revolte » éditions Amir Kabir (Téhéran 1958), « Autre naissance » publié aux éditions Morvarid (Téhéran 1964)

Conférence et lecture animées par Stephane Chaumet et Lucile Bernard
lundi 4 juin à 18H30 à L'ESAV





     
   
Samedi 2 juin : « Prix Sahara Nour » : remise des prix du Concours de la Poésie de la jeune poésie marocaine
 

"Prix Sahara Nour": prix littéraire de la Poésie - Marrakech 2012. Comme chaque année, un concours de la poésie est ouvert pour la jeune création marocaine.

Règlement:

       • Le concours est ouvert à tous les lycéens et étudiants marocains entre 16 et 25 ans.
       • Le choix du thème et de la langue est libre ( arabe classique, français, anglais, amazirt )
       • Les textes devront parvenir aux organisateurs avant le 30 avril 2012 avec l'adresse postale, téléphone et adresse e-mail de l'expéditeur

Les textes sont à envoyer au:

- Centre de Création Artistique Riad Sahara Nour
    118 Derb Dekkak Bab Doukkala Marrakech
    e-mail: riadsaharanour@netcourrier.com

- ou à la Fondation Dar Bellarj pour la culture au Maroc
   7,9 toualat Zaouiat Lahder Marrakech Medina
    e-mail: dar_bellarj@hotmail.com

Les trois meilleurs poèmes seront sélectionnés par un jury et recevront un prix.

Membres du jury :
Mahi Binebine, Yassin Adnan, Moulay Sedik Rabbaj, Rachid Chraibi, Ali Iken, Lucile Bernard.


Remise des prix à la Fondation Dar Bellarj, « fondation pour la Culture Vivante au Maroc » le samedi 2 juin à 12 h

 

« Le Temps des Poètes » au Riad Sahara Nour

17h30 : « 1 minute pour lire un poème » : une sélection de 10 textes,  extrait poétique de 10 jeune s auteurs

18H / : Lecture des lauréats. Les trois gagnants  du concours de la poésie sont invités à lire leur texte

18H30 : Les tremplins de la création (en avant première) : « trois auteurs, trois voix » Trois jeunes auteurs confirmés : Nazih Bahraoui, Mohamed Mallal, Simon Ferandou

19h : « Soirée Internationale de la Poésie au Riad Sahara Nour»
Lecture des textes par les poètes invités de la scène internationale
Place sera donnée à la lecture des textes mais aussi à l'interprétation des poèmes à travers le chant et la musique
Poètes invités   Jean-Pierre Siméon (France)
Mohamed Loakira (Maroc)
Nimrod Bena (Tchad)
Mario Campaña (Equateur)
Stéphane Chaumet (France)
Salah Al Hamdani (Irak)
Víctor Rodríguez Núñez (Cuba)

Lieu Centre de Création Artistique riad Sahara Nour
Entrée libre (dans la limite des places disponibles)


Et aussi…

Intervention à l’association AL Karam à Marrakech
rencontre du poète irakien Salah Al Hamdani avec les adolescents de l’association
Mercredi 30 mai après-midi


Lecture dans les lycées faites par les poètes, toujours dans ce même souci de dialogue, d'ouverture et de sensibilisation à la poésie de la jeune création marocaine.
Intervention du poète Mohamed Loakira au lycée Salah Eddine de Marrakech
Le jeudi 31 mai à 10H



Ils nous ont fait confiance ….

Zohra Cirak (Allemagne), Lisa Mizrachi (France), Najat Zbayer (Maroc), José F. A. Oliver (Allemagne), Touria Ikbal (Maroc), Emmet Tracy ( Etats-Unis), Rosita Djouzi (France), Noureddine Bazine (Maroc), Rachid Mansoum (Maroc), Ait Warham (Maroc), Saleh Kader Boh (Lybie), Aziza Hdia (Maroc, Ahmed Belhag Ayate Wahram ( Maroc), José F.A. Oliver (Allemagne), Muhydin Lazikani (Syrie), Mohamed Mallal (Maroc), Touria Ikbal (Maroc), Pierre Vieuguet (France), Monica Inard (France), Lisa Cligman Mizrachi (France), Yassin Adnan (Maroc), Mohamed Nedali (Maroc), Abdelaaziz Makki Naciri (Maroc), Marica Bodrozic (Allemagne), Kamal Abdel-Malek (Egypte/ Emirats Arabes Unis), Sylvie Fabre G.(France), Jamila Abitar (Maroc), Ruth Pradel (Angleterre), Mohammed Bennis (Maroc), Khalid Hroub (Palestine), Jacques Ancet (France), Ilma Rakusa ( Allemagne), Nicole de Pontcharra- Postnikowa (France), Salah Al Hamdani (Irak), Aziz Binebine (Maroc), Mahmoud Abdelghani (Maroc), Adel Karasholi (Allemagne), Andres Sanchez Robayna (Espagne ), Hans Thill (Allemagne), Mriam Montoya (Colombie), Kiffle Beseat Delassié (Ethiopie), Hassan El Ouazzani (Maroc), Bruno Doucey (France)……



       
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Du 13 au 21 mai 2011, les 6èmes Rencontres Internationales de la Poésie à Marrakech ont une fois de plus été fidèles à leur optique, elles ont su, à nouveau, porter haut la voix, l'engagement poétique à travers ce leitmotiv incessant depuis la création de ces Rencontres : « La poésie, un pont universel entre les cultures ».
Initialement basées à leurs débuts au Centre de Création Artistique Riad Sahara Nour , d'autres endroits ont ouvert leurs portes à savoir la Fondation Dar Bellarj pour la Culture au Maroc , le riad Denise Masson, annexe de l'Institut français à Marrakech, le lycée Salah Eddine de Marrakech Etaient présents pendant ces manifestations les poètes Kifflé B. Selassié ( Ethiopie), Myriam Montoya (Colombie), Stephan Chomet (France). Hans Thill (Allemagne), Hassan El ouazzani (Maroc), Bruno Doucey (France) Salah Al Hamdani (Irak). Tous ont attesté, de leur foi, leur conviction, leur exigence poétique et de leur grande humanité. Une absente : notre amie et poétesse Nicole de Pontcharra qui nous a cependant accompagnés tous au long de ces manifestions avec son cœur et sa belle générosité qui la caractérise


Les temps forts des Rencontres 2011:

Vendredi 13 mai : remise des prix pour la jeune poésie marocaine à la fondation dar Bellarj . Un élan d'enthousiasme. Les jeunes poètes étaient venus nombreux témoigner de leur amour pour la poésie. Un très beau moment !

Le samedi 14 mai 2011: « Soirée Internationale de la Poésie » au centre de Création Artistique Riad Sahara Nour Mots, musique, chants mêlés. Une alchimie précieuse, c'est le temps des poètes.!

Le vendredi 20 mai 2011: Rencontre avec le poète éthiopien Kifle Beseat SELASIE « Sur les traces d'Arthur Rimbaud » et projection du fim « Athar ou la liberté libre ». Un grand merci au poète Kifflé B. Sélassié pour son implication, nous avons beaucoup appris avec lui.

Le samedi 21 mai 2011 : journée, d' hommage au poète martiniquais Aimé Césaire
« De Rimbaud à Aimé Césaire » Conférence du poète Kifle Selassié Beseat sur le poète martiniquais Aimé Césaire au Riad Denise Masson
« Hommage à Aimé Césaire. Lecture de poèmes » au Riad Sahara Nour.

Lundi 23 mai : Intervention des poètes Salah Al Hamdani et Myriam Montoya au lycée Salah Eddine de Marrakech Un autre grand succès !!!

Parce que le temps des poètes est un temps précieux. Gens attablés à l'écriture, autour de la fontaine. La poésie passe et repasse sous les arbres, un bouquet de fleurs à la main. Voix des poètes en résonance. La voix court à l'intérieur. Et quoi ? L'éternité ne serait donc qu'un rêve ? Un chien court sur la page. « chair chaude des mots et la froide de l'écriture. …Prends dans sa gueule de chien et écoute le cœur frapper sous une peau….» Parce que cette autre voix encore, qui monte, creuse le ciel, s'arc-boute aux mots, fouille les nuages : « …Qu'arrivera-t-il après tout ce désastre?.... Davantage de morts sur le front…. L'hymne, l'hymne. S'il vous plaît, laissez passer l'orchestre des aveugles pour que la barque de la nuit franchisse mes matins » Et la femme continuait son rêve à cheval sur la page «… Je reviens au jardin de l'enfance Au sexe des fleurs…» Et l'homme aux yeux d'ange traçait sur le sable des signes d'éternité, une femme, sans visage, les pieds nus, serrant sous son bras des poèmes, égrenait une neuvaine d'amour, «Je reviendrai comme un fou de bassan plonger ma tête nue dans l'eau de ton sommeil … » Cette autre voix encore, la voix de l'exilé, cette voix qui frappe à la porte du pays devenu sourd « …dans mon exil chaque soir je retourne vers ce lit immensité parsemée de villes extraordinaires de coquillages où le murmure de la mer se fait encore entendre »
Traces, partout des traces. La voix d'Arthur Rimbaud appelle les mots comme des fleurs rouges tandis que de l'autre côté de la mer, cette île au visage esseulée qu'on appelle Martinique, montre son visage, mots volcans comme un fleuve furieux, surgissant de la bouche du poète Aimé Césaire « Et à moi mes danses de mauvais nègre,à moi mes danses, les danse de brise- carcan, la danse saute- prison, la danse il-est-beau-et-bon-et-légitimeèd'être-nègre » et les mots atterrissent , ailes blanches bleutées , l'écume aux lèvres, sur le lit de la page dans un aveu surgi du fond de l'âme. L'amour brûle , mots violets, mots blancs, mots bleus, se bousculant, tournoyant jusqu'au vertige : « Lie, lie-moi, fraternité âpre puis, m'étranglant dans ton lasso d'étoiles, monte , colombe, monte, monte, monte »
Car l'espoir est là, l'espoir d'une fraternité, malgré tout. Parce qu'aussi, il n'y a pas de plus belle espérance que la voix de tous ces jeunes poètes venus si nombreux témoigner. Merci à Taha Driouich, lauréat du concours pour son poème en français « L'éther éternel ». A M'hamed kannour pour son poème en anglais « Through my face ». A Nour eddine Azzaraf pour son poème en Français « Mon petit Jardin ». A Yahia Anir pour son poème en arabe « ghazal Fi assamaa. »

Merci aux poètes présents pendant ces Rencontres pour cette belle aventure poétique et humaine : merci à Kifflé B. Selassié ( pour l’Ethiopie), Myriam Montoya (pour la Colombie), Stephan Chomet (pour la France),  Hans Thill (pour l’Allemagne), Hassan El ouazzani (pour le Maroc), Bruno Doucey (pour la France) Salah Al Hamdani (pour l’Irak). Merci  aussi à notre chére Nicole de Pontcharra pour son beau témoignage épistolaire lors de la soirée sur le poète Arthur Rimbaud qu’elle a suivi jusqu’aux portes d’Aden, il y a quelques années de cela, avec d’autres passionnés, et dont un magnifique livre « L’ivre Caravane »  est sorti à l’issue du voyage.

Merci aux membres du Comité de lecture Mahi Binebine, Yassin Adnan, My Seddik Rabbaj , à Aziz Bouyabrine et à Maha Elmadi de Dar Bellarj pour leur engagement actif en faveur  de la jeune poésie marocaine.

Merci à Jemila Hassoune, à  Yassin Adnan, à Jérôme Bloch, directeur de l’Institut français de Marrakech, à Ouidad Tebba, doyenne  de la faculté de Lettres de Marrakech,Youssef Nait Belaid de l'AREF Marrakech-Tensift-El Haouz et son directeur Mohamed Al Maazouz,  au lycée Salah Eddine de Marrakech, aux musiciens Khaled Isbah, Younès El Azali, Adil, Abderrahim Addrazi

Merci à tous ceux, membres actifs des voix par delà les frontières, pour leur aide, leur soutien, leur solidarité, et tous ceux venus assister si nombreux, attestant de leur amour pour la poésie et des liens qui unissent les poètes et le monde. Il ne s'agit pas seulement de dire , il s'agit de vivre sa poésie. Le poète est témoin et acteur du monde. Longue vie à la poésie ! (Lucile Bernard)

 

     

Rencontres Internationales de la Poésie du 13 au 21 mai 2011
« La poésie un pont universel entre les cultures »

6emes Rencontres Internationales de la Poésie à Marrakech au Centre de Création Artistique Riad Sahara Nour Evènement organisé par Lucile BERNARD, fondatrice du Centre de Création Artistique Riad Sahara Nour en partenariat avec Jemila HASSOUNE de la Librairie Hassoune, Yassin ADNAN, poète, nouvelliste et journaliste marocain, concepteur et présentateur de l'émission culturelle "Macharif" sur Al Aoula (SNRT), la Fondation DAR BELLARJ, l’Institut Français de Marrakech, la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines à Marrakech et l'AREF Marrakech-Tensift-El Haouz.

Le vendredi 13 mai 2011:
Remise des prix de la jeune poésie marocaine 
Pour encourager la jeune création marocaine, un concours de la poésie sera ouvert aux jeunes auteurs de 16 à 22 ans. Les textes pourront  être écrits soit en langue française, soit en langue arabe ou en amazigh. Les textes seront  lus par un comité de lecture et soumis à un jury. A l’issu de ce concours, trois jeunes poètes seront sélectionnés et recevront un prix . 
Le lauréat sera invité à lire son texte lors de la Soirée de la Poésie au Riad Sahara Nour le samedi 14 mai  en présence des poètes de la scène internationale

Comité de lecture: Yassin Adnan, Mahi Binebine, My Seddik Rabbaj, Lucile Bernard.
(En collaboration avec la Délégation du Ministère de l’Education à Marrakech)
A 19h à la Fondation Dar Bellarj pour la Culture au Maroc


Le samedi 14 mai 2011:
« Soirée Internationale de la Poésie »
Les auteurs invités vont lire leurs textes dans l’ambiance unique du Riad Sahara
Nour. Place sera donnée à la lecture des textes mais aussi à l’interprétation
des poèmes à travers la musique
Poètes invités :   Bruno Doucey (France)
Myriam Montoya (Colombie)
Hans THILL ( Allemagne)
Hassan El OUazzani (Maroc)
Salah Al Hamdani (Irak)
Musicien accompagnant : Ahmed Mukhtar (Irak)
A partir de 18h30 au Centre de Création Artistique Riad Sahara Nour
Entrée libre (dans la limite des places disponibles)



Lectures dans les lycées 
Tout au long de la semaine, des lectures dans les  lycées seront faites par les poètes, toujours dans ce même souci de dialogue, d’ouverture et de sensibilisation à la poésie de la jeune génération marocaine





 
  Le vendredi 20 mai 2011:
Rencontre entre l’écrivain et poétesse Nicole de Pontcharra et le poète éthiopien Kifle Beseat SELASIE sur le thème « Sur les traces d’Arthur Rimbaud »  
Tous deux fortement imprégnés et épris de l’œuvre et de la vie du poète, nous marcherons avec eux sur les traces  de cet auteur magnifique et inclassable échappant par cela même  à tout courant ou mode du moment. Kifle Beseat SELASIE nous parlera de l'aventure éthiopienne de Rimbaud , des répercussions de l'œuvre sur sa propre vie d'intellectuel et de poète. Quant à Nicole de Pontcharra, elle nous entretiendra de l'incidence fondamentale du poète sur sa vie professionnelle de poète et sa vie tout court, car selon elle, « la poésie si elle n'est pas à l'œuvre dans la vie n'est pas poésie. Elle n'est qu' exercice littéraire plus ou moins réussi. »
  En filigranes, lecture d’extrait des oeuvres des poète Kifle Beseat SELASIE et de Nicole de Pontcharra , et des poèmes d’Arthur Rimbaud
 Accompagnement  musical , projection

Lieu : à 18h30 au Centre de Création Artistique Riad Sahara Nour
   




 

Le samedi 21 mai 2011 :


Tout au long de la journée, un hommage sera rendu à Aimé Césaire, cet homme à la fois poète et homme politique engagé.
Ce 6 avril 2011, Aimé Césaire a vu la consécration de son oeuvre par un hommage solennel rendu par la France lors de son entrée au Panthéon, laissant à travers la plaque commémorative qui lui est dédiée un splendide message d’humanisme et de fraternité.


« De Rimbaud à Aimé Césaire »
Conférence du poète Kifle Selassié Beseat sur le poète martiniquais Aimé Césaire
 

Père du mouvement de la négritude, Aimé Césaire déposera sur un cahier d'écolier les mots de la colère, de la révolte et de la quête identitaire donnant ainsi naissance à son oeuvre poétique majeure, le Cahier d'un retour au pays natal, publié en 1939.
Il s'engage en politique dans les rangs du Parti communiste français qu'il quittera en 1956 pour fonder deux ans plus tard le Parti progressiste martiniquais (PPM). En 1945 il devient maire de Fort-de-France (il le restera pendant plus de cinquante ans) et député de la Martinique. Son Discours sur le colonialisme (1950) dira sous la forme du pamphlet toute son hostilité au colonialisme européen.
La politique, la poésie mais aussi le théâtre. Césaire est, également, dramaturge. Sa pensée se trouve au carrefour de trois influences: la philosophie des Lumières, le panafricanisme et le marxisme.
Moi, Laminaire publié en 1982 et La poésie (Seuil ) en 1994 sont les derniers livres en date. En 1993, il met un terme à une longue carrière parlementaire.
Lieu : à 10H à la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Marrakech



« Hommage à Aimé Césaire »
Présentation de l’œuvre et de l’auteur Aimé Césaire par l’écrivain Kifflé Sélassié Béséat
A l’issue de la Remise du prix de la Nouvelle Noire (samedi 21 mai 17H30 Riad Denise Masson)
Dans le cadre de la semaine « A vous de lire »
(en collaboration avec l’IFM de Marrakech)
Musicien accompagnant : Abderrahim Addrazi

Lieu : à 19h au Riad Denise Masson



« Hommage à Aimé Césaire. Lecture de poèmes »
Des poètes vont prêter leurs voix pour dire, témoigner du message que nous a laissé Aimé Césaire par une lecture de ses poèmes qui n’en finissent pas de résonner de chemin en chemin, de rive en rive, jusqu’au bout de cette quête pour un humanisme toujours plus grand inscrit dans une dimension d’universalité. Lui, cet homme debout, solidaire et engagé qui n’eut de cesse que « de prêter sa bouche » à ceux qui ne pouvaient se faire entendre, pour rendre compte, avec cette faim vivante, la faim vivante des mots et de la liberté.
Musicien accompagnant: Abderrahim Addrazi

Lieu : à 19h30 au Riad Sahara Nour

     
   



Les poètes invités

     
 

Kiflé Selassié Beseat(Ethiopie) Poète et écrivain éthiopien, spécialiste notamment  d’Aimé  Césaire (dont il était un grand ami) et de Rimbaud - ancien Directeur du Fonds International pour la Promotion de la  Culture (FIPC) structure autonome au sein de l'UNESCO", il est   l’auteur de nombreux ouvrages, notamment de : « Nuits et Grêle » (Poésie Nubia - Paris) « Voyage en Césairie » (Editions L’ŒIL POUR L’ŒIL 2000)Paris. "Solitaire et Solidaire" Réflexions sur la place et le rôle de la  langue et notamment de la poésie dans le processus du développement. in: La coopération décentralisée de Gilles Guillaud, L'Harmatan,  2005,  ainsi que d’autres sur l’identité et l’universalité culturelles ; la dimension culturelle du développement durable ; ainsi que la résolution des conflits ; les questions relatives à la culture de la paix et au dialogue des civilisations dont « Le consensus et la paix » (UNESCO :Nubia 1980). Membre du Centre d’Analyse Comparatives des systèmesPolitiques sous la direction de Maurice DUVERGER (université Panthéon – Sorbonne 1980). A ce titre,co- auteur du Concept d’empire (PUF 1980)

C’est un fin connaisseur de la politique mondiale et notamment française.  De l’Afrique et du Tiers-monde en général mais aussi de l’Europe et des Etats-Unis dont il a couvert pour plusieurs medias les élections présidentielles de 1968 : année terrible des manifestations contre la guerre au  Vietnam, des assassinats de Robert Kennedy et Martin Luther King.  La victoire.  La victoire de Barak Obama est pour lui l’aboutissement heureux et inattendu de toutes ces luttes annonciatrices de ce qu’il préfère appeler l’avènement d’un « pôle éthique » universel, respectueux des diversités identitaires ouvertes sur  les Uns et les Autres.

 

     
 

Nicole de Pontcharra- Postnikowa (France) Ecrivain, poète. Elle est née à Lyon et à vécu sa petite enfance dans le milieu de l'émigration russe à laquelle appartenait sa famille. Après la mort de sa mère, tuée par les Allemands dans une bataille de rue au moment de la Libération, elle part pour le Maroc avec sa sœur et sa grand mère. Elle vit à Marrakech à partir de 1945 jusqu'à son départ pour l'université de Grenoble en 1952.  Son œuvre poétique est liée au voyage. Elle compte à son actif une vingtaine de livres publiés dont :  L'Ivre Caravane, ouvrage collectif rassemblant ses propres textes ainsi que ceux d'auteurs arabes et européens après un voyage sur les traces de Rimbaud. Éd. Lassa, Bruxelles 1993, Dans le Silence, (avec le peintre Abouelouakar). Éd. Al Manar. Paris-Casablanca, Marrakech, lumière sur lumière (avec le peintre Farid Belkahia). Éd. Al Manar ,  Une enfance Sirocco (roman). Ed. Non Lieu, L'enfance est le gardien du feu. Éd Paris-Méditerranée. Elle a initié des voyages et des rencontres de poètes et d'artistes du monde arabe et d'Europe. En particulier un voyage sur les traces de Rimbaud, à Chypre, en Égypte, et au Yémen. En 1985 elle est commissaire de la première rétrospective en France de la peinture contemporaine dans le cadre de la manifestation "Présences artistiques du Maroc" à Grenoble initiée par Pierre Gaudibert. En 1994 elle organise en Russie un voyage des professionnels du livre de la Région Rhône-Alpes et un colloque sur le thème Stendhal et la Russie. Elle est l'auteur de nombreuses préfaces de catalogues d'artistes contemporains. De 2002 à 2006, commissaire du Salon international du Livre de Tanger pour l'institut français. 

     
 

Bruno Doucey (France)Né en 1961 dans le Jura, il  est à la fois éditeur et écrivain. Il est l’auteur d’une œuvre abondante et diversifiée qui mêle l’analyse critique et la poésie, la résistance et le lyrisme, ainsi qu’en témoignent les anthologies de poésie qu’il a publiées aux éditions Gallimard et Seghers (La Poésie engagée, La Poésie lyrique, Je est un autre, Poésies de langue française). Plus encore, ses Poèmes au secret (Le Nouvel Athanor, prix de la SGDL 2007), Agadez ouvrage consacré aux Touaregs  du Niger (Transbordeurs, 2008) et deux romans parus aux Éditions Actes Sud Junior : Victor Jara, non à la dictature (co-lauréat du Prix des Droits de l’Homme 2009) et Federico Garcia Lorca, non au franquisme (2010). Maître d’œuvre du Livre des déserts (Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2005), il est selon René Depestre, préfacier de ses poèmes, « un arpenteur des solaires équipées du sable et du vent .  Bruno Doucey est au premier rang des porteurs d’un feu sacré tout neuf. (…) Dans ce livre, la poésie s’épanouit en chair et en os, vivement accordée qu’elle est à la bonne combustion naturelle de l’existence. L’enseignement de Paul Eluard possède en l’auteur de ces chants un héritier de rêve. »
Bruno Doucey vient de fonder une nouvelle maison d’édition, vouée à la poésie, et dont l’ambition est de publier une poésie qui permette de métisser les héritages culturels et un nouvel art de vivre ensemble.

     
 

Myriam Montoya (Colombie) est née en 1963 à Bello (Colombie). Elle vit à Paris depuis 1994, où elle a publié ses deux premiers livres de poésie, Fugues/Fugas (1997) et Déracinements /Desarraigos (1999) tous deux traduits par Claude Couffon.
En 2004 paraît une anthologie de son œuvre poétique, Vengo de la noche / Je viens de la nuit (éditions Ecrits des Forges et Castor Astral) traduite par Claude Couffon et Stéphane Chaumet. Ses poèmes ont également été publiés dans diverses revues et anthologies de différents pays.
Parallèlement elle a traduit une anthologie de poésie africaine d’expression française, des poètes francophones et français, ainsi que la poète iranienne Forough Farrokhzad
« Dans les mots de Myriam Montoya, il y a la lumière : pas une lumière éclatante, celle d’un regard. Le regard d’une femme, un regard translucide, sur la femme exilée, sur un tiers abandonné du monde, sur ces noyades anonymes dans l’obscurité, les sables du silence, dans l’abandon, la réclusion, dans la peur, la marche sans fin… ». (Luz Duarte). 

     
 

Hassan El OUazzani (Maroc) Né en 1970, Hassan El Ouazzani est l'un des plus importants jeunes poètes de la nouvelle génération marocaine. Il appartient à cette génération de poètes qui, dans les années 1990, ont souligné l'importance du poème en prose dans la poésie marocaine. Cette génération, qui comprend aussi des poètes tels que Jalal El Hakmaoui, Mahmoud Abdelghani, Abdelilah Salhi et Yassin Adnan, a effectué un changement de paradigme postmoderne dans le monde de la poésie au Maroc.

Les poème d'Hassan El Ouazzani font beaucoup référence à la mythologie, mais dans un esprit postmoderne, mêlant allusions mythiques avec l'expérience quotidienne. Sa poésie s'appuie également sur l'imagerie surréaliste, utilisée délibérément pour dégonfler la notion romantique et moderniste du poète - héros si chère aux générations précédentes. De plus, ce qui fait l'attrait de la poésie d' El Ouazzani est, dans une large mesure, son aura de l'intimité et la simplicité de son langage que le poète atteint sans sacrifier la profondeur et le sens. Ainsi que l'écrit le poète allemand Tobias Burghardt à son propos " ..ce poète, dont la présence a été remarquée au Festival de la poésie de Medellin en Colombie, utilise le paradoxe pour créer un système poétique cohérent ». Son premier recueil de poèmes, ma Hudnatun ( La trêve), publié en 1997 par l'Union des écrivains marocains, illustre toutes ces caractéristiques.

Secrétaire général de la Maison Marocaine de la Poésie, Hassan El Ouazzani travaille comme professeur à l'École des sciences de l'information à Rabat. Ses poèmes ont été traduits et publiés dans les magazines internationaux tels que Prometeo (Colombie), Kalathos (Venezuela), Ila (Allemagne), et Soirs rouges (Canada). Il a aussi publié une étude socio-bibliométrique de la littérature marocaine dans le XXe siècle.

Il a également participé à divers festivals internationaux de poésie, comme Medellin (Colombie), Trois-Rivières (Canada), Lodève (France), Mayorque (Espagne), Istanbul (Turquie), à Malte et à Londres (Royaume-Uni).

     
 Photo : Ute Schendel
 

Hans THILL Hans Thill est né en 1954 à Baden-Baden et vit à Heidelberg.
A la fois poète et traducteur de poésie et de prose française il a traduit notamment les auteurs : Philippe Soupault, Guillaume Apollinaire, Félix Fénéon, Raymond Queneau. Pour la littérature maghrébine: Fawzi Mellah, Abdelwahab Meddeb, Assia Djebar.
Avec Angelika Andruchowicz et Manfred Metzner, il a fondé en 1978 la maison Verlag Das Wunderhorn.
Anthologiste de la Poésie Allemande en décades (avec Michael Braun): des année 80: « Punktzeit ». Des années 90: « Das verlorene Alphabet ». Du siècle nouveau: « Lied aus reinem Nichts ».
Il a publié quatre recueils de Poésie: « Gelächter Sirenen » (« Rires Sirènes », 1985), « Zivile Ziele » (« Cibles Civiles » 1995), « Kühle Religionen » (« Religions Froides » 2003), « Museum der Ungeduld » (« Musée d´impatience »). Peter-Huchel-Preis 2004.
Comme directeur du projet « Poesie der Nachbarn: Dichter übersetzen Dichter » (« Poésie Voisin »), il invite chaque année 6 poètes d´un pays à Edenkoben qui seront traduits par 6 poètes de langue allemande. Dans le contexte de ce projet, il a publié 6 anthologies: Russie, Angleterre, Ukraine, Suisse, Slovénie, Suède, Croatie.
Depuis septembre 2010 il est directeur de la Maison des Écrivains à Edenkoben (Rhénanie-Palatinat).

     
 

Salah Al Hamdani (Irak) Poète, écrivain et homme de théâtre français d'origine irakienne, est né en 1951 à Bagdad. Il s'est exilé en France en 1975. Il avait commencé à écrire en prison politique en Irak vers l'âge de 20 ans. Il a été un opposant à la dictature de Saddam Hussein, à ses guerres et à l'occupation anglo-américaine de l'Irak. Acteur, il a joué au théâtre, au cinéma et à la télévision. Par ailleurs il a mis en scène ses propres textes ainsi que des poèmes d'Henri Michaux et de Yannis Ritsos. Il n'est retourné en Irak qu'après la chute de la dictature en 2004. Il est aujourd'hui auteur de plusieurs ouvrages littéraires (romans , poésies, nouvelles et récits) écrits et publiés en arabe ou en français. Ses écrits ont été traduits dans plusieurs langues, parmi les plus récents : « Poèmes de Bagdad », livre d'art bilingue français - arabe avec lithographies de Danielle Loisel, Signum, Paris, 2005 ; « Le retour à Bagdad », roman - récit ; traduit de l'arabe avec Isabelle Lagny ; « Les points sur les i », Kremlin-Bicêtre, France, 2006 ; « Bagdad mon amour », roman, poésies et récits choisis, traduction anglaise de Sonia Alland, Curbstone Press, New York, U.S., 2008 ; « Bagdad à ciel ouvert », Ecrits des Forges et L'idée bleue, Trois-Rivières, Québec, 2006 ; « Bagdad mon amour », Ecrits des Forges et L'idée bleue, Trois-Rivières, Québec, 2008 ; « Sable », livre d'art (français, arabe, hébreux) avec Marléna Braester et des encres de Robert Lobet, Editions de la Margeride, Nîmes, 2009 ; « Le balayeur du désert », traduit de l'arabe avec Isabelle Lagny, pour la première parti, Editions Bruno Doucey ; « Une averse, de loin », (bilingue français - arabe) Editions la Lune bleue ; « La pluie de juillet », (bilingue français - italien) Edizioni Sanlorenzo ; A paraître en 2011, « Saisons d'argile », livre d'art (bilingue français-anglais) avec le peintre irakien Yousif Naser, Editions Al Manar, Paris ; « Bagdad-Jérusalem, à la lisière de l'incendie », (poèmes) (trilingues français - arabe- hébreu) avec Ronny Someck, Editions Bruno Doucey.
En 2008, Emmanuèle Lagrange a réalisé un film sur Salah Al Hamdani, "Bagdad-Paris, itinéraire d'un poète", durée : 52mn, produit par LA HUIT productions, Paris.
Les écrits de Salah Al Hamdani en français ont été relus et corrigés par Isabelle Lagny
Le Blog de Salah Al Hamdani : http://salah.bleublog.lematin.ch/

   




 





Année 2010 :

Le mardi 28 décembre 2010 à 18h: rencontre autour de la poésie slovène organisée à Marrakech par le Centre de Création Artistique Riad Sahara Nour en collaboration avec la librairie Hassoune et les éditions Toubkal

VOIX URBAINES

 
 Photo de Nathalie Gassel
 

Brane Mozetic : Brane Mozetic (1958) est poète, écrivain, traducteur et directeur d'une maison d'édition. Il a étudié la littérature comparée à l'Université de Ljubljana. Il a traduit de nombreux auteurs français (Rimbaud, Genet, Foucault, Maalouf, Brossard, Daoust et Cliff) et a publié dix recueils de poésie et trois récits. Il a reçu le Prix de poésie de la ville de Ljubljana et le Prix européen de poésie Falgwe.
Ses poèmes sont traduits en plusieurs langues. Il dirige deux petites collections et est promoteur de la littérature slovène à l'étranger (dans le cadre du Centre de la littérature slovène).

     
 Photo : Tihomir Pinter
 

Maja Vidmar : Maja Vidmar est née en 1961 à Nova Gorica en Slovénie et vit actuellement à Ljubljana, où elle se consacre à l'écriture. Elle a publié trois recueils de poésie Razdalje telesa (Les distances du corps,1984), Nacin vezave (La manière de relier, 1988) et Ob vznozju (Au pied, 1998).
Une sélection de ses poèmes a été publiée en Autriche sous le titre de Liebhaftige Gedichte et en Croatie sous le titre d'Akt en 1999.
D'autres traductions en diverses langues ont paru dans des revues littéraires différentes.

  Traducteurs présents pendant la manifestation : Mohsen et Margit Al Hady


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Les 14 et 15 mai 2010 ont eu lieu les 5èmes  Rencontres Internationales  de la Poésie au Centre de Création Artistique Riad Sahara Nour : « La poésie, un pont universel entre les cultures »
Plus que jamais, dialogues, échanges, témoignages, prises de paroles à travers les écrits des poètes ont été mis  à l’honneur  lors de cette manifestation qui s’est déroulée en deux temps :
Le vendredi 14 mai :«  témoignage croisé » autour de la projection du film  réalisé par Emmanuelle Lagrange « Bagdad-Paris. Itinéraire d’un poète » entre le poète irakien Salah Al Hamdani auteur du livre  "Le retour à Bagdad" et l’écrivain marocain Aziz Binebine, auteur du livre «Tamaz Mort»  .
 Le samedi 15 mai : les voix des poètes  Nicole de Pontcharra, Jacques Ancet (pour la France), Mohammed Bennis (pour le Maroc), Andres Sanchez Robayna ( pour l’Espagne), Salah Al Hamdani (pour l’Irak)  se sont répondus, mêlant leur histoire arrachée au vécu :
« Années d’exil, années d’amour, de joie , de mort,  chant de liberté avec la mer qui n’en finit pas d’être la mer encore dans son infinitude, mais est-elle là  où est-ce seulement un rêve ? Cris des pierres, cliquetis des silex, froissement de l’air, respiration, le souffle ai-je dit ? Le cœur bat mais où est-il caché ? L’œil bleu de la mer qui regarde les îles… Tremblement. L’œil cille. Et la souffrance, la chienne  qui taraude,  resurgit à chaque coin de rues sous les balles, la main du tortionnaire,  talonnée par le cri d’espoir fiché dans l’œil du soleil. Comme une brûlure encore, au coin d’une rue de la mémoire  mais, cette fois, ce n’est plus la main du bourreau qui fouille la chair à vif mais la petite enfance qui revient et se balade une fleur à la main. Où est-il passé cet enfant débordant de rires, visage perdu, levé contre le ciel vide ? Peut-être est-il caché derrière les barbelés du souvenir ? Et cette fureur de vivre malgré tout, cette faim d’extase de bleu, du vrai sans concession. La mère encore, toute en noir cette fois, debout devant la porte, les bras ouverts, immenses, cherchant confusément le fils prodigue derrière les verres épais des lunettes écrasant son visage.  Et voilà qu’à un autre coin de rue sous la voix du poète, débaroule la mellah, échevelée, débordant de charrettes, de bourricots, d’étales croulant sous les  tissus, les vaisselles argentées, la mellah toute grouillante d’odeurs, de souvenirs, et puis  les palmiers qui sourient aux anges. La page se retourne, est-ce une ombre qui passe ? L’ombre du souvenir de cet ami poète, cher disparu. Sont-ce ses mots exilés dans une autre bouche ou sa voix inondée de lumière dans la nuit de l’oubli ?  Une autre voix, un petit bruit léger, entêtant obstiné, bruit des talons de l’inconnue si proche à peine rencontrée, cette inconnue jamais étreinte, toujours rêvée mais tellement palpable dans ses habits de chair au sortir du lycée, cette brûlure qui n’en finit pas de saigner, d’être rouge comme le sang de la fleur qu’on voudrait mordre. Au détour de la rue, cette  rue tant de fois usée par les pas des passants éphémères,  le voilà qui  surgit en cavale ce chant d’amour de l’homme encore malgré tout, cet homme libre, debout, la tête épousant les étoiles, l’âme au poing et toutes ces voix se parlent, se répondent dans l’éternité impalpable des jours, sous la couverture silencieuse des arbres traversée de cris d’ oiseaux et des légers volutes de la voix violoncelle qui vagabonde sur les traces des poèmes toujours inachevés . Il n’y a plus que le souffle, l’éternité des songes assis à la fenêtre, l’instant à l’état brut, cette conscience inouïe et sauvage d’appartenir au monde »  ( Lucile Bernard  )
Oui, encore un grand merci à chacun de vous. Comment serait le monde sans la voix des poètes ?
Merci aussi à Roula Safar (Liban) pour son accompagnement musical d’une rare finesse et sensibilité, pour ses chants qui nous on transportés et émus
Merci aussi à tous ces jeunes qui ont osé être, dire avec leurs mots, s’aventurer dans la poésie, aux
trois  jeunes lauréats du Concours de Poésie  en (langue française, arabe et amazigh) Chaima Boustane, Jamal Naciri, Jacques Robaut qui ont lu leurs textes pendant la soirée.
Merci à  Isabelle Lagny pour sa lecture des textes de Salah Al Hamdani et pour ses photos prises lors de ces Rencontres
A Malika El Ouali pour sa présentation de la soirée et pour sa lecture des textes du poète marocain Mohammed Bennis

Et comme le dit ce poète et ami Christian Courtois dans un lettre adressée aux poètes le lendemain de ces  5e Rencontres Internationales de la Poésie à Sahara Nour (2010)

 

…ce n'est pas un pont entre les cultures que vous avez créé ce soir
c'est un aqueduc
porteur de cette eau fraîche et vivifiante
qui abreuve l'âme des hommes
quelles que soient leurs origines, leurs temps, leurs croyances, leurs
langues ...

ce soir ce sont des pierres de Babel qui se sont effondrées
et l'avez vous également perçu,
nous avons, j'en suis sûr, miracle de la nuit,
goûté aux parfums de l'éternité

j'en ai pleuré de joie
vous nous avez tous tant donné

ce soir, à Sahara Nour l'illumination ne venait pas du désert,
la nuit brillait plus que le jour
et elle venait des hommes

et s'il faut un mot de clôture (mais pas de fin)
c'est celui-ci, avec évidence, qui s'impose :
el amal

Ch Courtois

Longue vie à la poésie !





     
 
 
















Photos suivantes
 
 

 





Année 2009 :

Le 17 octobre 2009  : Salut Monsieur Brassens !

 La soirée Brassens fut un véritable hommage au grand chanteur français et à « la belle chanson ». Ce soir là Marcel Zaragoza notre poète-troubadour accompagné de Lucile Bernard et autres spectateurs qui étaient venus se joindre à eux, ont fait revivre les chansons de Brassens, Felix Leclerc, Jean Ferrat , Jacques Brel et autres poètes de la chanson française. Un moment très convivial et plein de bonne humeur
         Marcel Zaragoza est à la fois la fois chanteur , conteur, musicien Il s'est aussi spécialisé dans la littérature enfantine dont il anime depuis de nombreuses années des ateliers avec succès aussi bien en France qu'à l'étranger.

 

 



Le 16 mai 2009 : s'est déroulée la  4e édition de la Soirée Internationale de la Poésie au Riad Sahara Nour  organisée conjointement par Lucile Bernard , fondatrice du Centre Artistique Riad Sahara Nour, Jémila Hassoune du Club du Livre et de Lecture et Jémila Hassoune du Club du Livre et de Lecture et Jessica Laignel du Dialogpunkt , Goethe Institut de Marrakech.

 

 

Ce fut une soirée où la poésie, d'une rare qualité, prit toute sa dimension de « lien universel entre les cultures », dans son désir d'humanisme grandissant où les voix des poètes venus des quatre coins de la terre se firent échos. Où toute la dimension poétique rayonnait : ainsi que le dit le poéte Jacques Ancet « ce fut une soirée où voix, langues et musique se confondaient, aux feuilles, à la nuit et aux étoiles »


Merci donc à :

 

 

pour le Maroc à Mohammed Bennis poète et universitaire, fondateur de la revue Attakafa El Jadida (La culture Nouvelle). Egalement membre fondateur et président de la Maison de la poésie au Maroc, il est l'auteur de plus d'une trentaine de titres traduits en plusieurs langues A Jamila Abitar dont le troisième receuil « Le bleu infini » (2009)vient de sortir aux Editions de L'Harmattan. A Yassin Adnan auteur de nombreuses publications et actuellement présentateur de l'émission culturelle « Macharif » sur la première chaine de télévision marocaine let correspondant de plusieurs journaux arabes, pour l'Allemagne à Ilma Rakusa, Poète, nouvelliste, essayiste, traductrice. Elle a reçu de nombreux prix, à la fois pour son oeuvre d'écrivain et de traductrice. pour la Palestine à Khalid Hroub Auteur Académicien et directeur du programme d'étude des médias arabes à l'université de Cambridge Il a travaillé comme présentateur à l'émission « Al khitab khaira jaliss » sur la chaîne Al jazeera en arabe. A publié plusieurs études, livres dans différentes disciplines académiques. pour la Syrie à Mouhidine Lazikani. Dr. Muhydin Lazikani is a poet, thinker and critic. He has worked as a journalist, columnist and TV presenter ihas published many poetry collections, plays and volumes of literary criticism. pour la France un grand merci à Jacques Ancet Il est l'auteur d'une trentaine de livres (poèmes, romans, essais) il a traduit quelques unes des plus grandes voix de la poésie espagnole . il vient de se voir décerner ce 18 octobre 2010 le prix Apollinaire pour son dernier livre : « L'Identité Obscure ». A Lisa Cligman Mizrachi auteur de La lisière du monde ; édition bilingue Français- Roumain (éditions paideria 2001), Les chants de Marrakech : éditions caractères France 2003 Sous la roche, le souffle ; éditions caractères 2004, Les chants de Marrakech- nouvelle édition revue et complétée, bilingue français-arabe..

 

 

Merci aussi à la modératrice de la table ronde Malika El Ouali, aux musiciens Kahled Badaoui au luth , Khaled Isbah et Hicham Deloui à la guitare, Antoine Martin au piano Merci à Soumeya Abdelaziz, Lucile Bernard pour le chant et enfin à tous ces jeunes poètes marocains qui ont participé pour le concours de la poésie, témoignant de par là même de leur profond désir de participation

 

 


Année 2008

Le 10 mai 2008 à 17 heures :  le « 2e café de la psychanalyse »  organisé par le « Séminaire psychanalytique «  et la librairie « Hassoune » en collaboration avec le Riad Sahara Nour
& Lucile Bernard avec comme invités les psychanalystes  Catherine et Alain  Vanier .
 Rencontre introduite par Jalil Bennani

Catherine Vanier est psychanalyste, membre d’Espace analytique, docteur en psychologie, chercheur associé au Centre de Recherches Psychanalyse et Médecine de l'Université Paris Diderot – Paris 7. Elle est l’auteur (sous le nom de Catherine Mathelin) de Raisins verts et dents agacées (Editions Denoël, 1994) et de Qu'est-ce qu'on a fait à Freud pour avoir des enfants pareils (Editions Denoël coll. Médiations, 2000)

Alain Vanier est psychanalyste, membre d’Espace analytique, ancien psychiatre des hôpitaux, professeur des Universités, directeur du Centre de Recherches Psychanalyse et Médecine (C.R.P.M.) de l'Université Paris Diderot - Paris 7 (http://www.crpm.univ-paris-diderot.fr), il est l’auteur de Lacan (Editions Les Belles Lettres, 1998) et de Éléments de psychanalyse (Armand Colin, 2005).

Jalil Bennani est fondateur du « Séminaire psychanalytique ». Ancien président de la Société Psychanalytique Marocaine, il est l’auteur de plusieurs ouvrages  notamment Le corps suspect, Galilée 1981, La psychanalyse au pays des saints, Le Fennec, 1996, Le temps des ados (avec Alain Braconnier), Le Fennec, 2002 ; Psychanalyse en terre d’islam, Introduction à la psychanalyse au Maghreb, à paraître, Arcanes-Erès, 2008.



Le 17 mai 2008 : s'est déroulée  la 3e édition de la Soirée Internationale de la Poésie  organisée par Lucile  Bernard, fondatrice du Centre Artistique Riad Sahara Nour , Jémila Hassoune  du Club du Livre et de Lecture    et Christiane Kaesgen du Dialogpunkt , Goethe Institut de Marrakech.

Etaient présents l'écrivaine allemande Marica Bodrozic, qui s'est vue décernée plusieurs prix littéraires en Allemagne. Pour la France Jamila Abitar, originaire de Marrakech dont le troisième recueil de poèmes est en cours de publication, Lisa Mizrachi auteur de La lisière du monde ; édition bilingue Français- Roumain (éditions paideria 2001), Les chants de Marrakech : éditions caractères France 2003 Sous la roche, le souffle ; éditions caractères 2004, Les chants de Marrakech- nouvelle édition revue et complétée, bilingue français-arabe. Pour le Maroc le poète, nouvelliste et journaliste marocain Yassin Adnan - auteur de nombreuses publications et actuellement présentateur de l'émission culturelle « Macharif » sur la première chaine de télévision marocaine, l'écrivain Mohamed Nedali qui vient de publier avec succès son troisième roman.

Avec la participation pour le chant de Soumeya Abdel Aziz (poésie marocaine), Lucile Bernard (poésie canadienne) et des musiciens Youssef El Mejjad au piano, Khaled Badaoui au luth, Khalid Hisbah et Hicham Deloui à la guitare

Pendant cet évènement ont été organisés des lectures dans les écoles avec la poétesse allemande Marica Bodrozic, un concours de la poésie en langue française, en langue arabe et en amazighe ainsi qu'une table ronde et une remise des prix



Le Samedi 29 Novembre 2008 : présentation par l'écrivain Mohamed Nedali du livre de Christine Daure Serfaty « La femme d'Ijoukak » rencontre organisée par la librairie Hassoune en collaboration avec le Centre Artistique Riad Sahara Nour.

« Quelle est cette femme qui, au temps des Français, promenait sa démence solitaire dans les rocailles du col du Tizi n'Test d'où l'on voit - dit-on - l'Afrique de toute sa largeur étalée ? Et pourquoi Géraud, l'homme énigmatique rencontré en France par Mathilde la narratrice et retrouvé à Ijoukak, inquiète-t-il tant Lahcen, qui savait si bien naguère, pour la joie de l'enfant, faire claqueter les cigognes et sculpter d'étranges créatures dans le dur calcaire de la vallée des Goundafa ?

En cet Atlas, pays de la dissidence sans cesse guetté par les policiers, parler est un péril, savoir est un fardeau. Il faudra toute l'intense intimité de Mathilde avec le Maroc, pays de sa mémoire profonde, pour que se fracture un moment le grand mutisme qui pétrifia souvenirs et aveux.

Mais fallait-il vraiment faire revivre ce passé-là, enfoui depuis tant d'années entre Tinmel et Amizmiz, là où les oueds roulent ensemble, depuis la nuit des temps, secrets obscurs et pierres de cornaline »

Que dire de cette rencontre où le public, captivé, goûtait ce moment subtil tout en intimité, finesse, émotion, entre l'écrivain Mohamed Nedali et Christine Daure Serfaty, qui nous emmenaient tous deux sur les traces du passé, les pages d'une vie où la femme d'Ijoukak, tout au long, apparaissait en filigrane à la fois éphémère et saisissante ?

Inoubliable !








Année 2007

 
Du 25 au 31 mars 2007 : Une  semaine « Ensemble pour la paix »


en collaboration avec Fabienne Courmont , danseuse chorégraphe et professeur de danse , qui a conceptualisé la « Méthode Tanaka »  , l’art japonais du souffle et du toucher qu’elle transmet depuis 1994 et Mohamed Boustane , calligraphe arabe de renom


       Pendant cette manifestation ont eu lieu


- des ateliers de peinture , calligraphie , écriture , chant , danse  simultanément  au  Centre de Création Artistique Riad Sahara Nour et au Centre Culturel  Dar Bellarj    .


- 2 soirées :


une  soirée de lancement  de l’événement   le mercredi 28 mars au Centre de Création Artistique Riad Sahara Nour .

 Le samedi 31 mars :

une soirée autour du « Mât de la Paix » 
 au Centre Culturel Dar Bellarj 



Le 25 avril 2007 :  rencontre avec  l’écrivain Daniel Soil qui a présenté son dernier livre « Sans doute »



le 12 mai 2007 : la 2e édition de la Soirée Internationale de la Poésie  organisée par Lucile  Bernard, fondatrice du Centre Artistique Riad Sahara Nour  en collaboration avec Jémila Hassoune  du Club du Livre et de Lecture    et Christiane Kaesgen du Dialogpunkt , Goethe Institut de Marrakech. Avec la participation  du  grand poète allemand José Oliver,  pour la France de celles de Pierre Veugiet , Monique Inard de la Maison de la Poésie Rhône Alpes, maison de la poésie reconnue pour la qualité des ses oeuvres ainsi que de celles de Lisa Mizrachi et Lucile Bernard, pour la Syrie Mouhidine Lazikani, journaliste, chroniqueur littéraire d’un grand journal londonien   et poète vivant à Londres,   pour le Maroc de Malika Ouali, Mohamed Mallal., Touria Ikbal 

 A cette occasion  se sont déroulées  trois  manifestations :

Une table ronde

ouverte au public où prenaient part les poètes  sur le thème :  «  l’importance de la poésie dans les différents contextes culturels »
Thèmes abordés
Signification de la poésie dans les différents pays
         Les variantes de la poésie : ou comment aborder la poésie non seulement dans les textes dits ou « récités » mais aussi dans la chanson, des évènements poésie comme la poetry slam.

Des ateliers de la poésie

 Pendant cette période ont eu  lieu dans les écoles de Marrakech  des ateliers sur le thème  de la poésie avec les poètes

Un concours de la poésie

Pour encourager la jeune création marocaine un concours de la poésie a été lancé  ouvert  pour les  jeunes auteurs de 16 à 22 ans .  Les textes pouvaient  être écrits soit en langue française, soit en langue arabe, ou en berbère . A l’issu de ce concours, trois jeunes poètes ont été  sélectionnés , conviés à lire leur texte lors de cette soirée internationale
et se sont vus remettre un prix 



Le 26 octobre 2007 : soirée Brassens
                    
                 
                 Salut Monsieur Brassens !



Hommage à la chanson française à travers un répertoire et des anecdotes concernant notre poète-troubadour avec Marcel ZARAGOZA conteur, musicien et chanteur Marcel Zaragoza est à la fois la fois chanteur et conteur.
Il s'est aussi spécialisé dans la littérature enfantine dont il anime depuis de nombreuses années des ateliers avec succès aussi bien en France qu'à l'étranger.
Cette soirée, à travers le répertoire de Georges Brassens, il saura nous emmener sur les traces de ce grand poète dont les chansons habitent encore tous les coeurs .

Le 2, 3, 4 novembre 2007  : participation à l'événement « RIAD EN JAZZ » « Un festival au carrefour du patrimoine,du tourisme, de la culture et de l'économie locale »


Trois jours de musique en soirée, en après midi avec les masters classes pour confirmés et débutants
et les rencontres musicales. Quatre lieux choisis pour leur environnement particulier et leur capacité d'accueil.

Cinq concerts, avec des formations de Jazz émergentes et les incontournables qui font partie de l'histoire du jazz d'aujourd'hui

Evènement organisé par Eric Beauvois « société « One More Time » Philippe Bourgeois, représentant des maisons d'Hôtes de Marrakech et délégué à l'Office duTourisme de Marrakech et Sandrine Orlando « Production Diffusion »


Communiqué de presse


Le 1er Festival de jazz de Marrakech, Riad en Jazz, vient de fermer ses portes.
Du 2 au 4 novembre 2007, les riads ont offerts leurs plus beaux cadres pour accueillir une affiche prestigieuse avec Rhoda Scott, Aldo Romano et Thierry Eliez ainsi que 2 formations lyonnaises : Abigoba et Z'ebra Quartet.

Cette première édition a tenu toutes ses promesses au niveau artistique.
Les concerts ont enthousiasmé le public qui a eu l'audace de franchir les portes des riads, ainsi que les artistes qui ont donné le meilleur d'eux-mêmes : Aldo Romano, épanoui, Rhoda Scott plus maîtresse que jamais de son instrument et Thierry Eliez, toujours échevelé.

Les équipes techniques à l'oeuvre sur le Festival ont su mettre en valeur les lieux des concerts et offrir un son de qualité, magnifiant les riads : Riad El Fenn, Riad Sahara Nour pour les concerts d'après midi, et Dar Soukkar pour les concerts du soir. Chacun d'eux a vu son patio s'illuminer et la chaleur du jazz se répandre sur les toits de la Médina.

Les soirées, malgré la fraîcheur tombée, ont permis des rencontres d'exception entre musiciens et couche-tard. Le public des after a eu le privilège de retrouver les artistes partager la scène avec une formation gnawi pour un interminable boeuf sous la baguette de Thierry Eliez, un duel entre maître Thierry au piano et Mme Rhoda au B3, une version décoiffante de « Chicken » emmenée par un Jean-Luc Briançon au mieux de sa forme et les fameux chorus inspirés de Raphaël Minfray.

C'est sans doute lors de ces moments que Riad en Jazz a pris tout son sens et rejoint l'ambition des organisateurs.

Une particularité à souligner : le public français a pu suivre en direct l'ensemble des prestations grâce à la retransmission sur Fréquence Jazz des concerts en intégralité durant les 3 jours.

Rendez-vous à l'année prochaine pour une nouvelle édition de Riad en jazz ! Toute l'actualité du festival Riad en Jazz sur www.riadenjazz.com












Année 2006


 1ére édition de la Soirée internationale de la poésie avec des poètes venus de différents  pays ( Maroc , France , Allemagne , Etats Unis  , Syrie ,Bahrein et Lybie)  en collaboration avec le Dialogpunkt du Goethe Institut et le Club du Livre et de Lecture


Le premier « café de la Psychanalyse » au Maroc avec Jean Pierre Winter  psychanalyste , auteur entre autre de « Les Images , les Mots , le Corps » avec Françoise Dolto ( éditions Gallimard) et Jalil Bennani psychiatre et psychanalyste , président de la Société Psychanalytique Marocaine et auteurs de nombreux ouvrages 


Méditation pour la paix et présentation « Spiritual Nutrition » et «  Peace Every Day Initiative Discussion § Meditation » par Gabriel Cousens , M,D . auteur du livre : «  Spiritual Nutrition :  Six Foundations for Spiritual Life and the Awakening of Kundalini” 


Soirée poésie avec le poète allemand  José Oliver, organisée en  06 en collaboration avec le Dialogpunkt Deutsch de Marrakech et le Goethe Institut Rabat / Casablanca 







Année 2005


Présentation du livre « Zineb , la Reine de Marrakech» par l’auteur Zakia Daoud avec la collaboration du Club du Livre et de Lecture à Marrakech de Jemila Hassoune

Soirée de danse calligraphie avec Fabienne Courmont ( danse) ,  Mohamed
Boustane ( calligraphie)  et Rachid Mansoum ( poésie )  ,

Soirée « Et des hommes sous les étoiles dansaient pour nous » avec Patricia Nagera ( danse) , Ousama Chraibi et  le mâalem Abelatif El Makhsoumi  ( chants et percussions ) sur le thème de la danse issue de la tradition africaine gnawa  





Année 2004

Atelier de développement personnel organisé par Sahara Nour et conférence sur « Le Courage d’Etre Soi » à la Médersa Ben Youssef avec le psychosociologue  Jacques Salomé ( auteur de plus de 50 ouvrages sur les relations dans le couple et la famille ) , en collaboration avec le Musée de Marrakech



Année 2003

Soirées poésies et contes  lors du  « Printemps de Marrakech »  en collaboration avec la fondation « Norsys » ,   avec la participation de nombreux poètes marocains  et étrangers ,


Contact / site :

Adresse: 118 Derb Dekkak , Bab Doukkala
40 000 Marrakech  MAROC

Tél : + 212 (0) 5 24 37 65 70
Mobile : Mme Lucile Bernard : + 212 (0) 6 68 51 38 54
               Mr  François Gache   : + 212 (0) 6 53 89 42 26
  
Site web : www.riadsaharanour-marrakech.com
E mail      : riadsaharanour@netcourrier.com